Nanofiction #2

Depuis son enfance, elle tentait de cartographier son imaginaire. Elle y consacrait son temps libre et la maison regorgeait de cartes et de plans, d’illustrations et de schémas. Un matin, alors qu’elle traçait le dernier trait de sa carte la plus aboutie, on frappa à la porte. C’était le descendant de Christophe Colomb qui venait lui demander asile : il n’en pouvait plus de la folie du monde.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :