Nanofiction #3

Quand elle arriva sous la coupole du Bouzloudja, la démesure et le délabrement du bâtiment en ruines la bouleversèrent : son pouls s’accéléra, sa respiration se raccourcit, et un liquide épais coula de sa narine gauche. En y portant les doigts, elle découvrit son sang, d’un rouge intense qui la surprit. Une petite révolution avait sans doute lieu dans son cœur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :