Épisode 2 : En voiture, Simone ! (« Mémoires d’une jeune fille rangée », Simone de Beauvoir)

J’ai lu le livre avec régularité, un peu chaque jour. Je m’y plongeais avec un certain délice : j’aimais l’écriture de Simone de Beauvoir, j’aimais retrouver ce gros classique dont la couverture et la mise en page étaient d’une sobriété élégante. Je n’ai cependant presque aucun souvenir de cette lecture : je ne me rappelle pas les émotions ou réflexions qu’elle a pu susciter en moi. Pour être tout à fait honnête, je crois avoir lu ce livre de manière mécanique, sans y comprendre grand chose, en appréciant surtout l’acte de lire un livre dont je pressentais la beauté et la profondeur. J’ai tout de même conservé un souvenir tenace de deux moments du livre : celui où la très jeune Simone se regarde dans un miroir et apprécie avec complaisance le reflet de son visage encadré d’anglaises brunes, et celui où la Simone adolescente raconte sa transformation physique en disant qu’elle est devenue sinon laide, du moins ni jolie ni gracieuse.

J’ai refermé le livre quelques semaines après l’avoir commencé, avec un naïf sentiment de devoir accompli, n’ayant pas retiré grand chose de cette lecture, sinon le sentiment d’avoir caressé de manière superficielle un monument de littérature. Les caresses intimes ne devaient avoir lieu que bien après.

Lire la suite « Épisode 2 : En voiture, Simone ! (« Mémoires d’une jeune fille rangée », Simone de Beauvoir) »

Épisode 1 : Mémoire d’une jeune fille heurtée (“Mémoires d’une jeune fille rangée”, Simone de Beauvoir)

Quand j’étais en première, j’ai passé, comme beaucoup de lycéens, des oraux blancs de français. Pour le tout premier d’entre eux, j’avais bien révisé mes fiches et étais prête à réciter mes plans. Ma professeure de lettres, une femme d’une cinquantaine d’années avec un côté vieille France, dynamique et rigolote, mais malgré tout très académique, nous avait conseillé d’apprendre les plans qu’elle nous donnait et de les “recracher” en essayant de les adapter artificiellement à la question posée sur le texte.
Je m’exécutai donc quand mon examinateur, un autre professeur de lettres du lycée, m’interrogea sur un extrait de Huis clos de Jean-Paul Sartre. Quelle chance, une oeuvre que j’avais adoré étudier ! Après avoir fait le perroquet en essayant d’être élégante et naturelle dans ma manière de réciter par cœur mon cours, j’essayai de répondre aux questions de l’entretien. L’examinateur me questionna sur l’existentialisme et d’autres sujets dont je ne me souviens plus et, face à mon air perplexe et à mon absence de réaction, il me demanda, quelque peu agacé : “Avez-vous lu Simone de Beauvoir ?” Je répondis que non, incrédule et honteuse. “Vous devez vous intéresser aux auteurs que vous étudiez, aller au-delà de ce que vous faites en classe” me recommanda-t-il sur un ton autoritaire. Et neuf sur vingt.

Lire la suite « Épisode 1 : Mémoire d’une jeune fille heurtée (“Mémoires d’une jeune fille rangée”, Simone de Beauvoir) »

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑